Les différents types de chevalets de peinture qui existent

Le chevalet est un outil indispensable dans le domaine de la peinture. Il fait office de support, accueillant toiles et tableaux de peinture en tout genre. Il est le plus souvent fait en bois, dont les entrées de gammes sont en pin. D’autres sont issus avec des bois plus résistants tels que le hêtre ou le teck. Quant à la finition, le chevalet peut être laissé au naturel, huilé ou verni. Comme tous les matériels utilisés en peinture, il nécessite des entretiens méticuleux afin de prolonger sa durée de vie. En tout, on peut classifier les chevalets de peinture en 3 catégories, qui sont les suivantes.

Le chevalet d’atelier

chevalet d’atelierLe chevalier d’atelier se décline en deux designs. Le premier est le trépied. Ce modèle connu et disponible sur chevalet-peinture.com repose sur trois bases à inclinaison réglable. Les deux pieds situés à l’avant forment un ensemble avec le rail principal. Le support du tableau va pouvoir coulisser sur ce rail principal. L’inclinaison du chevalet est modifiée par le déplacement (vers l’avant ou vers l’arrière) du troisième pied. Il assure également la stabilité et la compacité du chevalet en entier. Ce modèle peut atteindre les 2 mètres de haut.  Il est surtout adapté pour effectuer des peintures en étant debout. En effet, les deux pieds avant du chevalet ne permettent pas de s’assoir confortablement avec une chaise.

Le socle en H fait également partie des chevalets d’atelier. Cette version est plus imposante et plus robuste que la première. Ce socle se compose d’un ou de deux pieds verticales ayant une structure en H, comme son nom l’indique. Il permet de travailler, de peindre et de soutenir des tableaux plus lourds et plus grands. Avec ce modèle, l’on peut aisément s’assoir sur une chaise tout en peignant. Afin d’être facile à déplacer, les solides pieds de ce type de chevalet sont parfois munis de roulettes. L’on pourra alors le déplacer à sa guise. Comme pour le trépied, il possède également une barre horizontale destinée pour supporter les tableaux. Cette barre coulisse de haut en bas sur un rail vertical. Ces deux modèles sont tous les deux adaptés pour une utilisation en intérieur.

Le chevalet de campagne

chevalet de campagneSa forme de base est la même que celle des trépieds chevalets d’atelier. En plus des trois bases sur lesquelles il repose, le chevalet de campagne dispose d’un coffret qui est destiné pour le rangement.

Comme il forme un tout facile à transporter, il est donc le chevalet adapté pour les peintures à l’extérieur ou au musée. De plus, il ne pèse pas lourd (2kg environ), on peut alors le transporter partout où l’on va.

Dans le cas général, l’essence d’un chevalet est en bois, mais un chevalet de campagne peut être en aluminium. Ce matériel est reconnu pour sa légèreté et sa résistance, donc il sera parfait pour peindre en extérieur.

Le chevalet de table

chevalet de tableLe chevalet de table est le modèle le plus petit de tous. Il est surtout dédié aux expositions diverses et s’appose sur une table. Très décoratif, il trouve sa place parmi les éléments déco lors des évènements divers tels que les mariages, les séminaires,… On peut également y travailler et peindre dessus. Comme pour le chevalet de campagne, les modèles de chevalet de tables les plus polyvalents sont équipés de boîtes destinées aux rangements divers. L’on y range les pinceaux et les éléments du chevalet lui-même.

Le chevalet boîte est aussi une autre variante. Il est compact et est facile à transporter. Il est surtout utilisé par les peintres sur papier ou sur carton. Sa spécificité est que l’on peut l’étaler à la position horizontale. Il sera alors idéal pour les aquarellistes. En effet, la peinture à l’eau a tendance à couler, et requiert alors des supports plans.